ECOOKIM LÈVE LES CONTRAINTES D’ACCÈS DES CACAOCULTEUR.SE.S AU COMPOST !

Du 28 novembre au 5 décembre 2018, une délégation constituée des principaux opérateurs du programme EQUITE, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, le réseau Ouest-Africain de Fairtrade Africa, Commerce Équitable France et l’Agence Française de Développement (AFD), ont participé à une mission de suivi des principales réalisations du programme en Côte d’Ivoire.

Chez l’Union des Sociétés Coopératives Kimbé (ECOOKIM), regroupement inter-régional de 23 coopératives locales dans le Centre-Ouest du pays, les membres de la délégation ont découvert le service de fabrication de compost réalisé par 48 jeunes membres de trois coopératives d’ECOOKIM et bénéficiant à 120 producteur.rice.s. Actuellement, ce service est gratuit et à terme, tend à devenir payant compte tenu des retours positifs des producteur.rice.s.

 

Alors que la cacaoculture ivoirienne s’est développé sur la valorisation d’une « rente forestière » issue d’une déforestation massive du pays, l’appauvrissement des sols en nutriments et la dégradation des sols ont été importants. La demande en fertilisants chimiques de cette région a d’ailleurs augmenté de 7% de 2013 à 2016. Pour contribuer à maintenir durablement la productivité des cacaoyers, il est fondamental de régénérer les sols et les cacaoyères grâce à des engrais organiques à base de coques de cacao et de fientes de poulets. Ces amendements organiques d’origine végétale et animale sont particulièrement appropriés vis-à-vis des caractéristiques des sols tropicaux (acides) dont certains éléments minéraux sont souvent peu disponibles pour les plantes.

 

La difficulté principale rencontrée par les producteur.rice.s dans l’usage du compost est celui de sa

fabrication. La collecte des matières premières nécessaires (feuilles séchées, cendres, coques de cabosses, matières végétales fraîches…) et la fabrication des tas de compost sont des tâches particulièrement chronophages pour des producteur.rice.s attelé.e.s à de nombreuses activités.

Afin de lever cette contrainte d’accès, ECOOKIM a créé, dans le cadre du programme EQUITE, cette brigade de jeunes composteurs. En parallèle, la coopérative a monté un projet de recherche-action avec une université locale afin de comprendre précisément les effets du compost et de la fiente de volailles sur le rendement et la pression sanitaire sur les cacaoyers.

Les producteur.rice.s rencontré.e.s par la délégation ont décrit unanimement les impacts bénéfiques du compost (reprise végétative…) et affirment même une amélioration nette du rendement. C’est pourquoi ils s’estiment maintenant prêt.e.s à payer pour l’accès à un service de fabrication du compost par les jeunes.

 

En finançant la phase pilote de ce service de fabrication de compost par une brigade de jeunes, le programme EQUITE permet maintenant à ECOOKIM de déployer à grande échelle cette innovation :  rendre ce service payant afin de le pérenniser !

Your Title Goes Here

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.